1. Quel est le mécanisme du ronflement ?
2. Pourquoi je ronfle ?
3. Pourquoi le ronflement augmente après un repas lourd ou bien arrosé?
4. Qu’est ce que l’apnée du sommeil ?
5. Définition du syndrome de l’apnée du sommeil (sas)
6. Comment savoir si je souffre d’un syndrome d’apnée du sommeil ?
7. Quel bilan médical vis à vis du ronflement ?
8. Qu’est ce que la polysomnographie ?
9. Quelles sont les conséquences du ronflement ?
10. Qu’appelle t’on la ventilation nocturne par PPC ?
11. Que faire en cas d’échec d’un premier traitement du ronflement ?
12. Existe-t-il une prise en charge par la sécurité sociale ?
13. Qu’est ce que le syndrome des hautes résistances respiratoires ?
14. Pourquoi les femmes ronflent moins que les hommes ?
15. Quel est le traitement du ronflement chez la femme ?
16. Comment choisir son traitement du ronflement ?
17. Quelles sont les suites d’un traitement par radiofréquence ?
18. Qu’est ce qu’une pharyngoplastie chirurgicale ?
19. Quelles sont les suites d’un traitement chirurgical du ronflement ?
20. Quelles sont les suites opératoires d’un traitement au laser d’un ronflement ?
21. Quels sont les facteurs qui peuvent aggraver un ronflement ?
22. Que faut-il penser des produits anti-ronflements ?


Quel est le mécanisme du ronflement ?

Response IFCNS :
Réponse de l’IFCNS :
La diminution du tonus des muscles dilatateurs du pharynx a pour conséquence un rétrécissement des voies aériennes supérieures avec augmentation de la résistance à l’écoulement de l’air et ralentissement du flux aérien.

Lorsque cette résistance atteint une certaine valeur, les parois pharyngées peuvent entrer en vibration. Cette vibration est responsable du ronflement.

Pourquoi je ronfle ?

Réponse de l’IFCNS :
Le ronflement est un bruit respiratoire fait par une personne en dormant. Témoignant d’une résistance à l’écoulement de l’air dans les voies aériennes supérieures, il est le résultat d’une vibration des tissus mous du pharynx : voile du palais, base de la langue et parois pharyngées.
On considère un ronflement comme pathologique lorsque son intensité dépasse le seuil de 50 décibels. Certains ronflements ont un niveau sonore qui peut dépasser 100 décibels

Pourquoi le ronflement augmente après un repas lourd ou bien arrosé?

Réponse de l’IFCNS :
L’anomalie fondamentale à l’origine du mécanisme du ronflement nocturne et de l’apnée est la diminution du tonus musculaire des muscles du pharynx au cours de la respiration pendant le sommeil.
Tout ce qui favorise cette baisse du tonus musculaire génère ou aggrave le ronflement. Il en est ainsi de la prise d’alcool, de sédatif ou même de cannabis.

Qu’est ce que l’apnée du sommeil ?

Réponse de l’IFCNS :
L’apnée du sommeil est définie comme un arrêt respiratoire total durant plus de 10 secondes.

Definition du syndrome d’apnée du sommeil (SAS) ?

Réponse de L’IFCNS :
Le SAS est définit comme un sommeil comportant des apnées d’une fréquence de plus de 5 apnées par heure.

Comment savoir si je souffre d’un syndrome d’apnée du sommeil (SAS) ?

Réponse de l’IFCNS :

Symptômes du SAS pendant la journée Symptômes du SAS pendant le sommeil
Somnolence excessive (indice d’Epworth) Constat d’apnée par l’entourage
Fatigue chronique matinale Ronflement
Maux de tête matinaux Sueurs nocturnes
Troubles de la concentration Hypersalivation
Troubles de la mémoire Réveils en sursaut
Impuissance, troubles de la libido Sommeil agité
Accidents domestiques Accès d’asphyxie nocturne
Syndrome dépressif, hallucinations Réveils fréquents pour uriner
Accidents de la circulation Somnambulisme

Quel bilan médical vis-à-vis du ronflement ?

Réponse de l’IFCNS :
Le bilan médical doit répondre à 3 questions :

  1. Quelle est la gravité du ronflement (ronflement simple ou apnée du sommeil)
  2. Quel sont les sites obstructifs?
  3. Existe-t-il des facteurs de gravités (poids, prise d’alcool, antécédents médicaux, âge..)

Qu’est ce que la polysomnographie ?

Réponse de l’IFCNS :
La polysomnographie est un enregistrement du sommeil nocturne permettant d’évaluer la gravité du ronflement, en relevant entre autre le nombre d’apnée nocturne, les micro-réveils, l’oxygénation nocturne (SaO²), le rythme cardiaque, les ronflements..

Quelles sont les conséquences du ronflement ?

Réponse de l’IFCNS :
Le ronflement génère une gêne sociale à l’origine de conflits conjugaux:

  1. gêne à l’endormissement du conjoint,
  2. chambre à part …
  3. trouble de la libido

Les micro-réveils aboutissent à une somnolence diurne responsable d’assoupissement intempestif voire dangereux (conduite automobile)

Le syndrome d’apnée du sommeil est source de complications médicales graves cardio-vasculaires, hypertension artérielle, d’accident vasculaire cérébraux..

Qu’appelle t’on la ventilation nocturne en PPC ?

Réponse de l’IFCNS :
La ventilation nocturne en Pression Positive Continue (PPC) s’adresse aux SAS sévère (IAH> 30/h). Il s’agit d’un masque nasal et parfois buccal qui maintient une pression positive dans le pharynx.

Ce mécanisme permet de lutter contre la fermeture du pharynx lors de l’inspiration nocturne et empêche l’apparition d’apnée du sommeil.
Cette ventilation PPC, prise en charge par la sécurité sociale, est le traitement de référence de l’apnée sévère du sommeil.

Qu’est ce que l’orthèse d’avancée mandibulaire (OAM)?

Réponse de l’IFCNS :
L’orthèse mandibulaire a plusieurs indications :

  1. Chez les patients présentant un SAS ne tolérant pas la ventilation en PPC,
  2. Chez les ronfleurs dont l’origine du ronflement est une obstruction retro-basi-linguale,
  3. Chez certains patients en échec d’un premier traitement du voile du palais.

La sécurité sociale prend en charge les orthèse mandibulaires en cas de SAS sévère (Index d’apnée hypopnée IAH >30/h).

Que faire en cas d’échec d’un premier traitement du ronflement ?

Réponse de l’IFCNS :
La plupart du temps, les échecs d’un premier traitement sont dus à une analyse insuffisante du ronflement.
Nous insistons donc sur la qualité du bilan médical initial qui doit répondre à 3 questions :

  1. Quelle est la gravité du ronflement (ronflement simple ou apnée du sommeil)?
  2. Quel sont les sites obstructifs?
  3. Existe-t-il des facteurs de gravités (poids, prise d’alcool, antécédents médicaux, âge..)?

Existe-t-il une prise en charge par la sécurité sociale ?

Réponse de l’IFCNS :
De façon schématique le ronflement n’est pas pris en charge par la sécurité sociale, en dehors d’une déviation de cloison ou d’hypertrophie amygdalienne. A l’inverse le syndrome d’apnée du sommeil sévère (Index d’apnée hypopnée IAH> 30/h) est pris en charge par les organismes sociaux.

Qu’est ce que le syndrome des hautes résistances respiratoires ?

Réponse de l’IFCNS :
Entre le ronflement simple et le SAS existe un syndrome de hautes résistances des voies aériennes supérieures où le patient produit des efforts respiratoires nocturnes pour lutter contre le collapsus pharyngé sans véritable apnée.

Ces évènements respiratoires nocturnes épuisent le patient qui laisse apparaître de nombreux micro-réveils lors de l’enregistrement du sommeil.
C’est une définition clinique et polysomnographique, correspondant à l’association d’une somnolence diurne excessive, d’« évènements respiratoires nocturnes hors apnées-hypopnées » (ronflements, micro-réveils, limitation du débit, …) et d’un test thérapeutique : amélioration par la ventilation en pression positive continue.

Progressivement ce patient risque d’évoluer vers un SAS, rendant nécessaire la prise en charge de ce syndrome.

Pourquoi les femmes ronflent moins que les hommes ?

Réponse de l’IFCNS :
Les femmes semblent hormonalement protégées du ronflement par la préservation de leurs fibres élastiques au niveau du voile du palais et du pharynx ainsi que de la conservation de leur tonus musculaire au niveau des muscles dilatateurs du pharynx.
Après la ménopause le nombre femmes ronfleuses tant à rejoindre les hommes.

Quel est le traitement du ronflement chez la femme ?

Réponse de l’IFCNS :
Nous devons distinguer le traitement avant et après la ménopause.

  1. Avant la ménopause, le voile féminin est la plupart du temps fin, pas très long mais flasque d’aspect hypotonique. Dans ce cas la Radiofréquence du voile apparaît comme le traitement le plus adapté.
  2. Après la ménopause, le traitement du ronflement de la femme est le même que pour l’homme.

Comment choisir son traitement du ronflement ?

Réponse de l’IFCNS :
Le choix du traitement du ronflement dépend de la réponse aux 3 questions du bilan médical :

  1. Quelle est le stade de gravité du ronflement (ronflement simple ou apnée du sommeil)
  2. Quel sont les sites obstructifs? (voile, nez, base de langue..)
  3. Existe-t-il des facteurs aggravants (âge, obésité, consommation d’alcool..)

Quelles sont les suites d’un traitement par radiofréquence ?

Réponse de l’IFCNS :
La séance de radiofréquence du voile ou de la base de langue se passe en ambulatoire, et ne nécessite pas d’hospitalisation.
Une seule séance de radiofréquence semble suffisante.
Les suites sont dominées par l’apparition d’un gonflement peu douloureux de la région traitée. Un traitement antibiotique est mis en place pendant une période d’une semaine environ. Un arrêt de travail de 24 à 72h peut s’avérer nécessaire.
Les résultats se jugent dans le délai d’un mois environ.
La radiofréquence donne de bons résultats sur les voiles hypotoniques et pas trop longs.
Elle permet au niveau de la base de langue, de réaliser une bonne réduction de son volume, et d’en augmenter sa rigidité.

Qu’est ce qu’une pharyngoplastie chirurgicale ?

Réponse de l’IFCNS :
La pharyngoplastie d’élargissement de l’isthme du pharynx est une intervention qui se passe sous anesthésie générale et associe 2 gestes :

  1. L’exérèse du bord inférieur du voile, de la luette et éventuellement des amygdales
  2. Une plastie de tension des piliers postérieurs du voile réalisant un véritable lift du pharynx.

Quelles sont les suites d’un traitement chirurgical du ronflement ?

Réponse de l’IFCNS :
La pharyngoplastie nécessite une hospitalisation de 24h.
Les suites opératoires sont dominées par une douleur ressemblant à celle d’une forte angine d’une durée de 8 à 10 jours.
Un traitement associant antibiotique et antalgique est mis en place pendant une période d’une semaine environ. Un arrêt de travail de 8 à 10 jours apparaît nécessaire.
Les résultats se jugent dans le délai d’un mois environ. La pharyngoplastie chirurgicale donne d’excellent résultat sur les ronflements liés au voile du palais.

Quelles sont les suites opératoires d’un traitement au laser d’un ronflement ?

Réponse de l’IFCNS :
La séance de Laser du voile peut se passer en ambulatoire, mais nécessite parfois chez certains patients une simple hospitalisation de 24h.
Le nombre de séances de laser est lié au volume du voile à vaporiser.
Les suites sont dominées par l’apparition d’un gonflement douloureux de la région traitée d’une durée de quelques jours. Un traitement antibiotique et antalgique est mis en place pendant une période d’une semaine environ.
Un arrêt de travail de 4 à 7 jours peut s’avérer nécessaire.
Les résultats se jugent dans un délai d’un mois environ. Le traitement laser compte tenu de ses suites douloureuses et de la répétitivité des séances, semblent actuellement moins en vogue dans le traitement du ronflement.

Quels sont les facteurs qui peuvent aggraver un ronflement ?

Réponse de l’IFCNS :
Certains facteurs apparaissent comme aggravants :

  1. L’âge > 70 ans
  2. L’obésité
  3. La consommation d’alcool
  4. Les repas riche le soir
  5. Le tabac, la prise de cannabis
  6. La prise de sédatif ou de tranquillisants

Que faut-il penser des produits anti-ronflements ?

Il existe de très nombreux produits anti-ronflement visant soit à améliorer la respiration nasale soit à lubrifier le pharynx (bandelettes, spray, solution buccale, électrodes, patchs ….) en vente libre.

Tous ces traitements n’ont aucune validité scientifique et n’ont aucune efficacité.