Pour des raisons pratiques, nous distinguons les sinusites selon deux grands groupes anatomiques : les sinusites antérieures (ethmoïdal antérieur, frontal et maxillaire), et les sinusites postérieures (ethmoïdal postérieure et sphénoïdale).

schéma des sinus

I.Les sinusites antérieures :

Elles représentent 90 % des sinusites. Les complications peuvent être graves compte tenu de la proximité anatomique de l’orbite et des méninges. La diffusion infectieuse est devenue exceptionnelle grâce à l’antibiothérapie, et doit faire rechercher un trouble de l’immunité.

On distingue les diffusions : cutanées, orbitaires ou méningées.

1) LES ATTEINTES CUTANÉES :


  • Il s’agit de l’extériorisation cutanée au niveau de la joue ou de l’œil d’une sinusite maxillaire ou ethmoïdale antérieure.

    Elle est à surveiller si elle survient dans le cadre d’une ethmoïdite aiguë. Le patient se plaint alors de douleur fronto-orbitaires pulsatiles et violentes, avec une impossibilité de rester à la lumière.


  • ethmoïdite aiguë droite

Cliniquement on note un gonflement et une rougeur des paupières et de l’angle interne de l’œil, une douleur intense à la pression du globe oculaire, et un mouchage purulent. Le principal risque étant lié à l’atteinte orbitaire, une surveillance ophtalmologique apparaît essentielle.Toutefois, l’évolution est le plus souvent favorable sous antibiothérapie.

2) LES ATTEINTES OPHTALMOLOGIQUES :


  • abcés orbitaire scanner

  • Elles doivent être systématiquement recherchées compte tenu de leur gravité. En effet elles peuvent conduire à la fonte purulente de l’œil en réalisant une cellulite orbitaire. C’est une des complications des sinusites frontales ou ethmoïdales antérieures.

Cliniquement on relève un œil exorbité, très douloureux, associé à un œdème des paupières et des conjonctives ainsi qu’à une baisse de l’acuité visuelle. La présence d’une immobilité de l’œil, d’une dilatation de la pupille ou d’une insensibilité de la cornée impose une intervention en urgence.

Le scanner permettra d’objectiver l’importance de la sinusite, sa diffusion orbitaire et l’atteinte plus moins marquée du nerf optique.

Le traitement repose sur une antibiothérapie prolongée, éventuellement associé à un drainage de l’abcès orbitaire en cas de souffrance du globe oculaire.

3) LA MÉNINGITE PURULENTE:

C’est une complication très grave des sinusites frontales et ethmoïdales.


  • Sinusite frontale
  • Cliniquement le patient se plaint de violents maux de tête, d’une fièvre à 39°/40°C, de vomissements en jet, et de somnolence. Ces signes doivent conduire à réaliser une ponction lombaire qui montrera un liquide puriforme. Le scanner tout en confirmant le diagnostic de sinusite permettra de juger l’atteinte encéphalique associée.

Le traitement de la méningite est une urgence, il nécessite une hospitalisation avec une antibiothérapie à large spectre et à fortes doses. Dans un second temps la sinusite responsable sera traitée chirurgicalement.

4) LES THROMBOPHLÉBITES CÉRÉBRALES :


  • Cette complication met en jeu le pronostic vital du patient.

    Le patient présentera un tableau de septicémie associant fièvre à 39°/40°C, frissons, œdème des paupières qui peut s’étendre à toute la face, un aspect exorbité de l’œil limitant les mouvements oculaires, et des atteintes neurologiques importantes pouvant mener à des crises d’épilepsie voire au coma. L’IRM confirme le diagnostic, et la ponction lombaire objective la méningite purulente associée.


  • artériographie d’une thrombophlébite cérébrale

Le traitement en urgence est médical reposant lors d’une hospitalisation en unité de soins intensifs sur l’antibiothérapie à forte dose. Le traitement chirurgical de la sinusite sera entrepris ultérieurement.

5)LES OSTÉITES DU CRÂNE :
C’est une complication rare d’une sinusite frontale.

Cliniquement on retrouve dans un contexte fébrile à 40°C, un gonflement du front et des douleurs intenses de l’œil obligeant le patient à se cacher de la lumière. Le scanner fait le diagnostic en montrant la diffusion de l’infection à la voûte crânienne.L’antibiothérapie massive injectable est instituée d’urgence et sera poursuivie plusieurs semaines.

Le traitement chirurgical de l’ostéite et de la sinusite, sera effectué une fois l’infection circonscrite.

II.Les sinusites postérieures :

Il s’agit des complications en rapport avec l’atteinte du sinus sphénoïdal. C’est complications sont essentiellement neurologiques et ophtalmologiques, et peuvent être révélatrices de l’atteinte du sinus sphénoïdal.

 
1) ATTEINTE NEUROLOGIQUE

  • Méningite: c’est une complication grave des sinusites sphénoïdales nécessitant une prise en charge urgente en unité de soins intensifs. Son traitement repose sur une antibiothérapie à forte dose et à large spectre.
    • Thrombophlébite cérébrale est plus fréquente dans la sinusite sphénoïdale que dans la frontale et doit être précocement suspectée devant l’apparition d’un dédoublement de la vue et d’une gêne visuelle à la lumière.
    • Névralgie faciale par névrite du nerf trijumeau.

  • Thrombo-phlébite cérébrale

2) ATTEINTE ORBITAIRE :

La sinusite sphénoïdale peut être responsable d’une atteinte directe du nerf optique compte tenu de sa proximité anatomique. En effet Le nerf optique jouxte la paroi externe du sinus sphénoïdal.


  • cellulite orbitaire droite
  • L’infection de la cavité orbitaire peut être source de cellulite orbitaire et responsable d’une baisse brutale de l’acuité visuelle.
    Elle nécessite un traitement en urgence.

3) AUTRES COMPLICATIONS PLUS RARES

Spasme de la carotide interne
Atteinte de la loge hypophysaire responsable de troubles hormonaux.

Compte tenu de la gravité des complications neurologiques et de la difficulté diagnostic des sinusites sphénoïdales. Tout patient présentant des maux de tête fébriles, persistants et isolés doit faire évoquer une atteinte du sinus sphénoïdal et demander un scanner sinusien.