Les trois types de ronflements nocturnes:

C’est le bruit respiratoire fait par une personne en dormant. Il est le résultat d’une vibration des tissus mous du pharynx : voile du palais, base de la langue et parois pharyngées.

On considère un ronflement comme pathologique lorsque son intensité dépasse le seuil de 50 décibels. Certains ronflements ont un niveau sonore qui peut dépasser 100 décibels.

ronflement simple

Ce bruit, certes gênant pour le conjoint, ne présente pas de retentissement organique.

Il pose essentiellement un problème relationnel social et conjugal.

echelle du bruit en decibel

Une récente étude épidémiologique réalisée en France montrent qu’environ 63% des hommes et 37 % des femmes entre 40 et 65 ans sont définis comme des ronfleurs épisodiques habituels.

Mais le nombre de ronflement important pathologique atteint 25% des hommes et 15% des femmes.
Ce bruit respiratoire est le témoin d’une résistance à l’écoulement de l’air, et peut être le symptôme d’une maladie grave avec signe de lutte inspiratoire appelée syndrome d’apnée du sommeil.

Le ronflement est une lutte respiratoire

On considère que 15 % des ronfleurs présenteraient un syndrome d’apnée du sommeil !!

2 – Le ronflement avec événements respiratoires

Le ronflement est une lutte respiratoire

Les micro-réveils :
On définit un micro-réveil comme un éveil d’une durée de plus de 3 secondes pendant le sommeil.
De nombreuses études ont montré que les éveils pouvaient être provoqués par l’augmentation de la résistance des voies aériennes supérieures en l’absence d’apnée, d’hypopnée et de désaturation.

ON DISTINGUE TROIS TYPES D’APNÉES :

Les apnées obstructives sont les plus fréquentes, elles se traduisent par un arrêt du flux aérien, dû à l’obstruction des voies aériennes supérieures. Il existe des signes de lutte respiratoire (mouvements thoraciques et abdominaux) .

Les apnées centrales sont rares, elles se caractérisent par un arrêt de la commande respiratoire. Le flux d’air nasal ou buccal ainsi que les mouvements thoraciques et abdominaux s’arrêtent.

Les apnées mixtes associent les deux précédentes: l’apnée débute par un mécanisme central auquel succède un mécanisme obstructif

LE SAOS MULTIPLIE PAR 4 LE RISQUE D’ACCIDENT CARDIO-VASCULAIRE
Le SAS conduit à des complications cardiaques et vasculaires majeures (insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, AVC), et expose à un retentissement neuropsychiatrique souvent très invalidant (somnolence diurne, dépression, troubles de la mémoire et de la concentration, impuissance).

complication cardiaque du SAS
  • Le syndrome d’apnée du sommeil expose au risque de mort subite nocturne.

    De plus, le risque de mort violente par endormissement inopiné lors d’une activité potentiellement dangereuse comme la conduite automobile existe.


  • accident causé par un SAS

Le traitement du SAOS s’impose compte tenu de ses complications cardio-vasculaires majeures avec risque de mort subite, et de son important retentissement neurologique.