I – Introduction :

1. L’ALLERGÈNE


  • housse anti-acariens

  • L’éviction de l’allergène est indispensable.

    Celà nécessite un interogatoire rigoureux à la recherche de l’allergène en cause, aidé d’examen complémentaires identifiant la cause de l’allergie.

En cas d’allergie aux acariens: On conseille pour le revêtement des sols des chambres à coucher, l’élimination de la moquette au profit du parquet, ainsi que l’utilisation de housses anticariens pour la literie, et de produits acaricides.

Le but de ces traitements est de réduire le contact du patient avec l’allergène

2. LES TRAITEMENTS MÉDICAMENTEUX

Antihistaminique oral et corticoïdes nasaux constituent les médicaments les plus efficaces.

La liste des antihistaminiques oraux n’est pas exhausitve, on trouve ainsi commercialisé de nombreux produits entre autres:

Xyzall, Mizollen, Aerius, Virlix, Telfast, Kestin, cétirizine…
La liste non exhaustive des corticoïdes nasaux:

Nasacort, Rhinocort, Flixonase, Beconase, Nasonex, Avamys..

Tableau rhinite

 


  • La désensibilisation ou immunothérapie spécifique est le seul traitement actuellement susceptible de modifier en profondeur le terrain allergique.

    Elle est indiquée chez les patients allergiques à un petit nombre d’allergènes, et validée pour un nombre limité d’allergènes (acariens et pollens essentiellement).

    Elle nécessite un traitement hebdomadaire de 2 à 4 ans, avec des produits oraux ou injectable par voie sous-cutanée, sous surveillance médicale stricte, compte tenu du risque potentiel d’hypersensiblité à l’allergène.


  • bilan allergologique

Les corticoïdes injectables ne doivent être utilisés qu’exceptionnellement. (Kenacort, Depomédrol..)

Leur efficacité reste limitée, environ 3 à 6 semaines. Ils s’adressent essentiellement au rhinite pollenique saisonnière type rhume des foins.

Ils nécessitent une injection intra-musculaire profonde, et ne doivent pas être prescris plus d’une fois par an.

II – La rhinite vaso-motrice


  • Il est constitué par le traitement symptomatique du symptôme invalidant.

    Le symptôme essentiel étant l’obstruction nasale,

    La thérapeutique fait donc appel aux techniques de réduction des cornets inférieurs.


  • Aspect des fosses nasales en endoscopie

A) LES TRAITEMENTS MÉDICAUX :


  • pulvérisationpulvérisation de corticoïdes locaux

  • Les Corticoïdes locaux ont pour but de lutter contre la composante inflammatoire qui est responsable d’une partie de l’obstruction de la cavité nasale.

    La liste des corticoïdes nasaux n’est pas exhaustive, on trouve ainsi commercialisés divers produits :

    Nasonex, Rhinocort, Flixonase, Beconase, Nasacort, Avamys..

B) LES TRAITEMENTS INSTRUMENTAUX


  • Ils visent tous à réduire le volume des cornets inférieurs :

    Le Laser montre une efficacité constante atteignant plus de 93 % des cas. C’est un traitement simple, ambulatoire et efficace. La séance est totalement indolore, dure environ 20 mn sous contrôle optique après une anesthésie locale. En post-opératoire le patient doit effectuer des soins par des lavages des fosses nasales pendant une période d’un mois au terme de laquelle le résultat définitif est observé.


  • Aspect des fosses nasales en endoscopie

  1. La radiofréquence est une technique prometteuse mais apparaît limité à cause du coût des sondes et de la multiplication du nombre de séances.
  2. La cautérisation des cornets inférieurs : ancienne technique de réduction des cornets inférieurs, ne semble pas durable dans le temps, et les récidives apparaissent importantes.
  3. La cryothérapie : technique faisant appel au froid a peu de place actuellement.

C) LA CHIRURGIE :


  • La turbinectomie chirurgicale partielle peut être proposée en cas d’échec des traitements médicaux ou instrumentaux.

    La turbinectomie totale doit être évitée, car les sources de rhinite croûteuse atrophique invalidante, s’apparentant à l’ozène. Elle peut dans certains cas être responsable de l’installation du grave syndrôme du nez vide.

    Son but:
    Il s’agit de libérer la partie inférieure de la fosse nasale afin de facilité la ventilation nasale et lever l’obstruction nasale.


  • Chirurgie endonasale


  • vacuité de la fosse nasale après Turbinectomie totale

  • L’opération se passe sous anesthésie générale d’une durée d’environ 20 à 30 mn. Elle consiste en  l’ablation du 1/3 inférieur du cornet inférieur, libérant la fosse nasale.

    Risque : Hémorragie provenant le plus souvent de la queue du cornet inférieur.

    Un méchage de 24 heures est nécessaire avant la sortie du patient le lendemain. Les suites post-opératoires cicatricielles s’étendent sur une période de 3 à 4 semaines.

III – Le NARES

DÉFINITION


  • NARES

  • Il s’agit de la rhinite non allergique à éosinophile appelée NARES. Elle constituerait une forme de début de la polypose naso-sinusienne.

    Cette rhinite permanente évolue par paroxysme, et réalise un syndrome d’hyperréactivité nasale se manifestant par des symptômes similaires à la rhinite allergique persistante.

    Les signes dominants sont l’obstruction nasale et l’écoulement nasal aqueux invalidant.

TRAITEMENT

Il fait appel à des corticoïdes nasaux, habituellement très efficace.

La liste des corticoïdes nasaux n’est pas exhaustive, on trouve ainsi commercialisés divers produits :
Nasacort, Rhinocort, Flixonase, Beconase, Nasonex, Avamys..

Toutefois, une surveillance attentive est souhaitable pour s’assurer de l’absence d’évolution vers une polypose nasale, qui nécessiterait un traitement chirurgical spécifique.