Cancer des sinus

I - Généralité

Ebénistetravailleur du bois
Suspectés devant une obstruction unilatérale d'évolution rapide, s'accompagnant d'épistaxis (saignement de nez) et de douleurs faciales.

Dominés par les carcinomes, les cancers des sinus ont une grande variabilité hitologique compte tenu de la multiplicité tissulaire. Ils sont rarement 'accompagnés de ganglions

Le cancer des sinus est une maladie professionnelle touchant essentiellement les travailleurs du bois, et notamment des bois exotiques.

Elle a pour point de départ la partie haute de la cavité nasale.

II - Epidémiologie

poussières de boisouvrier inhalant des poussières de bois
L'épidémiologie en est particulière sur le plan des facteurs prédisposants :
  • Pas d'influence notable de l'intoxication alcoolo-tabagique contrairement aux cancers bucco-pharyngo-laryngés,
  • Importance des facteurs exogènes d'origine professionnelle,
    • profession du bois : l'adénocarcinome ethmoïdal figure au tableau 47 B des maladies professionnelles
    • autres substances : nickel (tableau N° 37ter des maladies professionnelles), nitrosamines, goudrons de houille, amiante...

III - Clinique

1 - Syndrome nasal UNILATERAL

cancer du sphénoïde IRMIRM d'un cancer des sinus
L'obstruction nasale unilatérale est souvent accompagnée d'une rhinorrhée mucopurulente, éventuellement striée de sang.

L'épistaxis, le plus souvent spontanée, unilatérale, répétée, constitue le classique "signal symptôme", survenant sans cause locale ou générale évidentes.

Un tableau de sinusite maxillaire aigë ou chronique unilatéral

Des signes bucco-dentaires : ulcération gingivale hémorragique, bombement alvéolaire,
Une tuméfaction de la joue.

2 - Les signes ophtalmologiques

rhabdomyosarcome des sinussarcome des sinus
Ils sont liés aux rapports anatomiques étroits entre les cavités nasosinusiennes et les parois de l'orbite :
  • oedème de la paupière supérieure, dacryocystite,
  • exophtalmie isolée,
  • ptôsis, paralysie oculaire, diplopie,

3 - les signes neurologiques

Les douleurs faciales, rares au début, peuvent prendre l'allure d'une véritable névralgie faciale symptomatique.

des douleurs dentaires persistantes

Plus tardivement peuvent apparaitre de veritables signes de localisation neurologique

IV - Diagnostic

1 - La fibroscopie nasale

L'examen endoscopique peut montrer le cancer :

- une masse bourgeonnante, hémorragique situé  le plus souvent au niveau du méat moyen,

- ou un banal polype réactionnel, unilatéral, cachant une lésion plus haut située : polype sentinelle.


Le reste de l'examen clinique:

- L'examen de la cavité buccale, de la face et de la région orbito-oculaire peuvent visualiser une extension.

- L'examen cervical recherche une trés rare adénopathie

2 - Bilan d'extension repose sur le scanner et l'IRM

scanner: cancer ethmoido-sphénoidalcancer de l'ethmoïde envahissant le sphénoide
Le scanner:

Il révèle la masse tumorale, et sa topographie

il précise son dégré d'extension aux régions voisines (face, orbite, massif facial, base du crâne, et encéphale).

Il évalue l'importance de la déstruction osseuse

l'IRM:

visualise au mieux l'extension tumorale dans l'orbite ou dans l'étage antérieur du crâne (lobe frontal).

3 - Histologie

Le diagnostic repose sur la biopsie effectuée la plupart du temps sous contrôle endoscopique.

L'examen histologique montrera :
  • un adénocarcinome le plus souvent, en cas de cancer de l'ethmoïde
  • un carcinome épidermoïde en cas de cancer du sinus maxillaire
  • beaucoup plus rarement une tumeur nerveuse de la plaque olfactive (esthésioneuroblastome), une tumeur papillaire à potentiel malin (papillome inversé), un mélanome. Ces tumeurs sont sans rapport avec les facteurs de risque professionnel

V - facteurs de risques

1- les facteurs de risques

particule de nickelparticule de nickel
Les cancers des sinus de la face sont reconnus comme  maladie professionnelle en cas:

  - d'inhalation de poussières de bois: (sciage, fraisage rabottage..)

  - d'inhalation de certains dérivés du Nickel:  (soudage inox, industrie du Nickel, industries des céramique, des emaux, et des porcelaines..)

  - inhalation de dérivés du Chrome: (productionde pigment à base de chromates et de bichromates)

2 - la classification en maladie professionnelle

travailleur du boismenuisier
profession du bois :

- l'adénocarcinome ethmoïdal figure au tableau 47 B des maladies professionnelles

autres substances :

- nickel figure au tableau N° 37ter des maladies professionnelles,
- nitrosamines, goudrons de houille, amiante...

Déclenchée lors de l'exposition professionnelle à de nombreuses substances (colles, résine epoxy, isocyanates..) (plus de 450 recensées), dont la liste est consultable sur la base de données des tableaux des maladies professionnelles : http://inrs.dev.optimedia.fr/mp3/ sur le site de l'Institut National de Recherche et de sécurité (http://www.inrs.fr/).

VI - L'évolution

L'extension est essentiellement locorégionale, et beaucoup plus rarement métastatique :
carcinome à extension cérébrale (IRM)extension cérébrale d'un cancer de l'ethmoïde

 
  • Evolution locorégionale:
- vers l'orbite et la cavité crânienne sont de très mauvais pronostic
- vers le massif facial,  les autres sinus, la cavité buccale et la face,
  • évolution ganglionnaire est rare,
  • évolution métastatique dans 20 % des cas (poumon, os, cerveau).

VII - Le traitement est radiochirurgical

Chirurgie:
Le chirurgien effectue une exérèse large de la tumeur par voie ORL seule ou par voie combinée ORL et neurochirurgicale.

Radiothérapie:
La chirurgie est associée dans tous les cas à une radiothérapie complémentaire.

Chimiothérapie:
La chimiothérapie a des indications limitées aux tumeurs inopérables ou très étendues, aux récidives, et à certaines formes histologiques radiorésistantes (mélanome).
Toute symptomatologie nasale ou sinusienne unilatérale traînante (plus de trois semaines) doit faire évoquer un cancer et faire pratiquer un scanner.